Big Brother, sors de ce corps !

Lorsque tu prends la décision d’écrire un roman, très vite tu vas devoir choisir le point de vue par lequel tu raconteras l’histoire. De là, découlera le choix du pronom : Je ou Il ?
Ils ont chacun des avantages et des inconvénients certains. Aujourd’hui, je vais me concentrer sur le pronom « Il » et voir avec toi quels sont les avantages et les inconvénient à l’utiliser.

1) Omniscient et épris de liberté, tu seras :

Ecrire en IL te permettra d’utiliser le point de vue omniscient, c’est-à-dire que ton lecteur saura tout ce qui se passe, de la psychologie de chacun des personnages à leurs pensées les plus intimes, en passant par tout ce qui se déroule pour chacun d’eux sans contrainte de lieu, ni de temps. Tu ne dois donc pas te limiter au point de vue d’un seul personnage. En gros, le point de vue omniscient t’offre un pouvoir divin. Tu vois Big Brother dans le roman 1984 ? (Si tu ne l’as pas lu, je te suggère d’y remédier dare-dare !) Eh bien, c’est toi Big Brother !
Ce point de vue est souvent utilisé dans les romans d’heroic fantasy afin de pouvoir suivre les aventures de plusieurs personnages évoluant dans des lieux différents.

2) Démontre les faits :

Il est conseillé aux écrivains de démontrer les faits plutôt que de les citer tout bête18ment. Ceci est plus facilement réalisable lorsque tu utilises le point de vue externe puisque tu te trouves à la fois dans la tête de ton personnage et en dehors. Tu peux décrire ses gestes, ses positions, ses mimiques qui indiqueront au lecteur s’il est anxieux, content, triste, etc. Du point de vue interne, procéder de la sorte est plus compliqué car tu ne peux que montrer ce que ressent ton héros psychologiquement.

3) L’implication :

Ecrire en IL t’offre les mêmes avantages et même plus qu’écrire en JE, sauf une chose : l’implication. Le risque est que ta voix en tant qu’écrivain soit trop présente dans ton roman. Ton lecteur aura alors peut-être du mal à s’impliquer dans l’histoire. Ressentir de l’émotion est plus compliqué lorsque tu utilises la troisième personne du singulier car les ressentis ne sont pas aussi vifs, aussi intenses puisqu’ils passent à travers le regard de l’auteur et non pas directement à travers les yeux du personnage.

4) L’utilisation du présent : 

Il n’est assurément pas interdit d’utiliser le temps présent pour raconter ton histoire, mais l’idéal reste le passé. Le présent est davantage réservé à l’écriture en JE. L’utilisation du IL implique une certaine distance narrative, tandis que le temps présent met l’accent sur l’action immédiate et urgente. Les deux sont difficilement conciliables et pas toujours très agréables à lire.

Quel point de vue préfères-tu utiliser ? Plutôt JE ou plutôt IL ?

 

 


Mes romans déjà parus :
– Utricia, tome 1: Magnifique: http://amzn.to/2eezKjP
– Utricia, tome 2 : Éternel : https://amzn.to/2MRzfMj
– Attise-moi… si tu peux: http://amzn.to/2eMaUZd
– Désire-moi… si tu peux: http://amzn.to/2tbW2dQ
– Séduisante Arrogance: http://amzn.to/2seGCBG

 

 


Auteure de romances New Adult. Amoureuse des mots à l'imagination débordante.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 3448 to the field below:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

+ S inscrire à la Newsletter

S inscrire à la Newsletter