READING

Comment retranscrire l’accent de votre perso...

Comment retranscrire l’accent de votre personnage ?

L’un de vos personnages vient du sud de la France et vous avez une furieuse envie de transmettre son accent chantant à vos lecteurs. Oui, mais comment faire ?

Avant toute chose, j’aimerais souligner que vous devez être particulièrement à l’aise avec cet accent. Autrement dit, soit vous êtes vous-même issu du sud de la France et possédez donc ce joli accent, soit vous êtes familier de part votre famille ou même votre lieu de vie à cet accent. Personnellement, je ne me sentirais pas capable de créer un personnage à l’accent québécois alors que je suis Belge et que je n’ai aucune affinité avec le Québec ! En revanche, je pourrais tout à fait envisager de donner à l’un de mes personnages un accent wallon. Je pourrais même aller jusqu’à inclure des termes de ce dialecte dans mon récit.

Assurez-vous donc d’être familier avec l’accent que vous souhaitez utiliser, de même qu’avec le dialecte, si d’aventure vous avez envie d’inclure quelques mots ou phrases propres à une région précise.
Si je voulais imiter l’accent liégeois, par exemple, je pourrais écrire une phrase de dialogue comme ceci :
Eh Charlotte ! Qu’est-ce que tu fais co là ? T’aurais pas une chiclette pour moi ?
En Belgique, pour dire « encore », nous disons souvent « co ». Une chiclette est un chewing-gum à Liège.

Afin de retranscrire un accent prononcé, vous pouvez choisir d’écrire vos mots ou phrases en phonétique. Faites attention cependant à ce que ce ne soit pas trop fastidieux pour la compréhension de votre lecteur. L’objectif n’est pas de placer une barrière entre le personnage et le lecteur.

Par exemple, dans le roman, « Ensemble, c’est tout » de Anna Gavalda, l’auteure fait parler à plusieurs reprises Mamadou, une africaine.
Alors ? a rigolé Mamadou, qu’est-ce que tu trafiquais là-deu-dans ? J’ai mon RER, moi ! Il t’a maraboutée ou quoi ?
L’auteure fait en sorte que le lecteur entende les « e » prononcés à l’africaine. C’est assez subtil, mais très efficace et, de plus, on n’entre pas dans la caricature déplaisante.

N’oubliez pas que le rythme des paroles, de même que leur musicalité sont impossibles à reproduire par écrit. Vous devrez donc jouer sur la structure des phrases et sur le vocabulaire tout en gardant un équilibre. Le lecteur doit pouvoir entendre dans sa tête l’accent de votre personnage sans que ce soit trop compliqué à lire. L’équilibre est là et il n’est pas facile à atteindre.

Si j’écris : « Rot ran’mint, m’fi ! » Je suis prête à parier que vous n’allez rien comprendre…
Par contre, si j’écris : « Dépêche-toi d’y aller, mon p’tit fi ! » C’est déjà un peu plus compréhensible.

Avez-vous déjà être confronté à la problématique de l’accent pour l’un de vos personnages ? Comment vous en êtes-vous sortis ?

 

Image : freelance-writing.lovetoknow.com

Mes romans déjà parus :
– Utricia, tome 1: Magnifique: http://amzn.to/2eezKjP
– Utricia, tome 2 : Éternel : https://amzn.to/2MRzfMj
– Attise-moi… si tu peux: http://amzn.to/2eMaUZd
– Désire-moi… si tu peux: http://amzn.to/2tbW2dQ
– Séduisante Arrogance: http://amzn.to/2seGCBG

 

 


Auteure de romances New Adult. Amoureuse des mots à l'imagination débordante.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 8716 to the field below:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

+ S inscrire à la Newsletter

S inscrire à la Newsletter