READING

Évitons les pléonasmes

Évitons les pléonasmes

Un pléonasme, c’est quoi ?
Voici ce que nous dit notre cher Wikipedia :

Le pléonasme est une figure de style où l’expression d’une idée est soit renforcée soit précisée par l’ajout d’un ou plusieurs mots qui ne sont pas nécessaires au sens grammatical de la phrase, et qui sont synonymes.

En gros, il s’agit d’une figure de style qu’on évite d’utiliser en littérature, sauf pour créer un effet conscient. Les pléonasmes ne sont donc pas toujours nécessairement à bannir, si tu as la volonté de renforcer une idée bien précise.

Voici donc une liste de quelques pléonasmes que nous rencontrons souvent et que nous utilisons la plupart du temps sans nous en rendre compte (la liste complète est disponible ici, je ne suis pas l’auteure de cette liste très chouette) :

  • Applaudir des deux mains : avec une seule, c’est moins pratique.

  • Au jour d’aujourd’hui : un grand classique de l’oral. Pour insister sur le fait qu’un événement se déroule effectivement ce jour. Mais « hui » signifiant ce jour, et aujourd’hui étant ainsi lui-même un pléonasme, « au jour d’aujourd’hui », ça fait un peu beaucoup, non ?
  • Autorisation préalable : si on autorise une action ou autre, c’est forcément avant de la faire. Après, ce n’est plus autorisé, mais faire avec.
  • Averse de pluie : une averse, c’est forcément de pluie…(ou éventuellement de neige)
  • Avertir (pronostiquer) à l’avance : une fois que le truc est passé, on ne peut plus trop avertir.
  • Bip sonore : je ne connais pas les bips lumineux par exemple. Mais, si sonore a comme premier sens « qui produit un son », son deuxième sens est « dont le son est puissant ». Si votre objectif est de parler de bip sonore comme opposition à un bip discret, alors ce n’est pas un pléonasme.
  • Bourrasques de vent : une bourrasque, c’est déjà du vent.
  • Bref résumé : un long résumé n’est plus un résumé.
  • But final : un but étant une finalité en soi…
  • Campus universitaire : un campus désigne l’ensemble constitué des unités d’enseignement et des résidences étudiantes d’un établissement d’enseignement supérieur.
  • Certains verbes avec « complètement » (ou autre synonyme) : « finir complètement », « abolir totalement », « éliminer, détruire totalement », par exemple ne sont que redondance. Soit on a fini, soit on n’a pas fini ; soit on abolit, soit on n’abolit pas, pas de demi-mesure.
  • C’est de lui dont je parle : dans « dont » il y a déjà « de ». Donc « c’est lui dont je parle » ou « c’est de lui que je parle ». Mais pas un mélange des deux.
  • Ciel constellé d’étoiles : consteller = étoile.
  • Claquer bruyamment la porte : on peut essayer de la claquer doucement, mais cela fera toujours du bruit…
  • Commencer d’abord : il faut bien commencer quelque part, mais ce sera forcément en premier.
  • Comme par exemple : soit on écrit « comme », soit « par exemple », mais pas les deux.
  • Continuer encore : on peut s’arrêter de continuer, mais si on continue, c’est encore et encore… (et c’est que le début…)

  • Crier fort : on peut difficilement crier en murmurant, à moins qu’on puisse murmurer en criant…
  • Danger potentiel : « danger » signifie qu’un péril est susceptible de survenir. Il est donc nécessairement « potentiel ».
  • Fausse perruque : donc de vrais cheveux sur la tête ?

  • Faux prétexte : un prétexte c’est quelque chose qu’on invente, donc c’est par essence faux, non ?
  • Forum de discussion : un forum étant un endroit où on discute, la précision est inutile. Notons que le forum (romain) désigne aussi un lieu.
  • Geler de froid : certes, quand c’est froid, ça peut brûler aussi, mais bon.
  • Haut building : un building peut être plus petit qu’un autre, certes, mais il reste de toute façon haut.
  • Importer de l’étranger : importer du pays où l’on est déjà, c’est compliqué.
  • Lorgner sur : on « louche sur », mais « on lorgne » (transitif direct) les bons gâteaux qui sortent du four !
  • Marche à pied : vous marchez souvent autrement qu’à pied ?
  • Monter en haut : il vous arrive de monter en bas ? De la même manière, on ne dit pas non plus descendre en bas.
  • Perfection absolue : la perfection invite déjà à la notion de ce qu’il y a de mieux.
  • Perspectives d’avenir : celles du passé ne sont plus trop des perspectives.
  • Petite anecdote : une anecdote est une petite histoire… donc petite est inutile
  • Petit détail : assez courant comme pléonasme ; maintenant, un détail reste un petit point, sinon ce n’est plus un détail.
  • Petit nain / un grand géant : cet exemple se passe d’explications, non ?
  • Prédire à l’avance : prédire signifie anticiper, donc forcément à l’avance.
  • Préférer plutôt : quand on préfère, c’est plutôt une chose qu’une autre, non ?
  • Principal protagoniste : le protagoniste étant par définition un personnage principal, il n’y a pas de second rôle chez les protagonistes (c’est triste, mais c’est ainsi).
  • Rentrer à l’intérieur : vous rentrez souvent dehors ?
  • Repasser une deuxième (ou seconde fois) : avec « re- », on indique déjà qu’on recommence.
  • Répéter deux fois : si on « répète » c’est qu’on a déjà dit, donc au moins une fois, ce qui fait deux en tout ! Mais on peut dire bien sûr « répéter trois, quatre, dix fois… »
  • Reporter à une date ultérieure : si on reporte, c’est pour plus tard.
  • Réserver à l’avance (un voyage) : dans « réserver », il y a déjà l’idée d’anticipation.
  • Retour en arrière : difficile d’imaginer un retour en avant je crois.
  • S’aider mutuellement : s’aider tout seul, c’est pas le mieux pour progresser.
  • S’autogérer soi-même : dans « auto », il y a la notion de « soi ».
  • S’avérer vrai : s’avérer = se révéler exact.
  • S’esclaffer de rire : on peut s’esclaffer de ce pléonasme, mais ce sera de rire de toute façon ! S’esclaffer = pouffer, donc de rire.

  • Se rapprocher les uns des autres : lorsqu’on se rapproche, c’est les uns des autres, non ?
  • Seul et unique : peut-on être pluriel dans l’unicité ? Je laisse les philosophes répondre.
  • Surprendre à l’improviste : quand on est surpris, c’est forcément par surprise !
  • Tollé de protestations : tollé = levée de protestations.
  • Tous sont unanimes, à l’unanimité totale : unanime ou unanimité veut dire que tous sont du même avis…
  • Tri sélectif : le fait de trier, c’est sélectionner, mettre de côté, séparer. Donc sélectif.

 

Notons que certains pléonasmes sont des expressions courantes et donc acceptables, comme « vivre sa vie », « voir de ses propres yeux », etc.

Perso, il y a certains pléonasmes que je ne peux pas m’empêcher d’utiliser. Une fois que je les prononce, je me rends compte de ma bêtise, mais c’est plus fort que moi. L’habitude est tenace ! Par contre, à l’écrit, il est plus facile de les reconnaître car, en se relisant, le pléonasme peut plus facilement sauter aux yeux.

Et vous, avez-vous des petites habitudes de langage incorrectes mais que vous ne pouvez pas vous empêcher d’utiliser ?

 

 

Source : 
Scribay
La communauté des mots

Mes romans déjà parus :

Wolves
Utricia, tome 1: Magnifique
Utricia, tome 2 : Éternel 
Attise-moi… si tu peux
Désire-moi… si tu peux
Séduisante Arrogance

 


Auteure de romances New Adult. Amoureuse des mots à l'imagination débordante.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 4149 to the field below:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

+ S inscrire à la Newsletter

S inscrire à la Newsletter